Réforme de la biologie médicale

La médicalisation de la profession entérinée  Abonné

Publié le 17/09/2013

Après trois ans de tergiversations, la réforme de la biologie médicale est définitivement adoptée par le Parlement. Cette loi met fin à une « insécurité juridique très préjudiciable à la profession » selon l’Ordre des pharmaciens. Surtout, elle insiste sur la médicalisation de la profession et sur l’arrêt de la financiarisation.

GLOBALEMENT satisfait de la réforme, le Conseil national de l’Ordre des pharmaciens (CNOP) souligne néanmoins que certaines mesures n’étaient pas souhaitées par la profession, à commencer par la possibilité pour un laboratoire de couvrir jusqu’à trois territoires de santé. Pour Robert Desmoulins, président du conseil central de la section G (biologistes) du CNOP, cela ne répond pas aux besoins réels de santé qui nécessitent une biologie de proximité.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte