Réforme de la première année d’études de santé

Inquiétude et vigilance face aux expérimentations  Abonné

Publié le 17/09/2013
Le projet de loi pour l’enseignement supérieur et la recherche prévoit l’expérimentation d’une réforme de la première année commune des études de santé (PACES) dans certaines universités. Une mesure inquiétante aux yeux des étudiants en pharmacie, qui craignent un enseignement à deux vitesses. De leur côté, les doyens n’y sont pas opposés mais restent vigilants.

ADOPTÉ par les députés en première lecture le 28 mai, le projet de loi d’orientation pour l’enseignement supérieur et la recherche ne fait pas l’unanimité. L’Association nationale des étudiants en pharmacie de France (ANEPF) s’inquiète notamment d’une réforme de la première année commune des études de santé (PACES). Depuis la mise en place de la PACES, en 2010, les potards n’ont cessé d’appeler de leurs vœux une adaptation de cette première année dont ils s’estiment les « grands perdants ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte