Un entretien avec le président de l’APR

Holdings : pourquoi le consensus est obligatoire  Abonné

Publié le 12/04/2010

Le débat sur les SEL et les sociétés de holdings rebondit avec l’interview qu’Yves Trouillet accorde aujourd’hui au « Quotidien », dans laquelle il explique pourquoi il soutient le texte proposé aux pouvoirs publics. Le président de l’Association de pharmacie rurale (APR) n’y va pas par quatre chemins : c’est l’avenir de l’officine qui est en jeu. Si les pharmaciens ne trouvent pas rapidement une issue favorable, la pharmacie risque de devenir une profession sinistrée et bloquée car plus personne ne pourra envisager de racheter une officine, met-il en garde.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte