Un nouveau marché  Abonné

Publié le 31/03/2011

En 2010, les acquéreurs ont choisi dans leur très grande majorité d’exercer en société d’exercice libéral (SEL), l’exploitation individuelle ne représentant plus, dorénavant, que 9 % des acquisitions. Même la société en nom collectif (SNC), il y a peu de temps encore très prisée des titulaires, ne concerne plus aujourd’hui que 2,5 % des acquisitions. L’association, avec une fiscalité relevant de l’impôt sur les sociétés, est donc devenue le mode privilégié d’installation des acquéreurs, au détriment de l’exploitation en nom propre avec des bénéfices soumis à l’impôt sur le revenu.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte