Syndicats : un outil à « double tranchant ».  Abonné

Publié le 14/03/2011

Les syndicats de salariés incitent le personnel des officines à veiller à ce que primes obligatoires et revalorisations soient bien prises en compte par le titulaire. « Il peut supprimer une prime versée de façon occasionnelle, mais il doit en avertir ses salariés », rappelle par ailleurs Catherine Pamart, adjointe et membre de la commission exécutive du syndicat FO Pharmacie. Elle convient qu’une prime, cela se mérite. « C’est à double tranchant. Les titulaires peuvent exiger encore plus de leurs salariés », estime la représentante syndicale.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte