Seine-Saint-Denis : situation bloquée  Abonné

Publié le 17/02/2011

Dans les départements limitrophes de la capitale, les gardes sont assurées à tour de rôle. En Seine-Saint-Denis, un désaccord persiste entre l’ARS et la préfecture (respectivement en charge de l’ouverture et de la fermeture des officines). La situation paraît bloquée alors que de plus en plus de pharmacies choisissent d’ouvrir le dimanche. Une partie des officines est exonérée de gardes grâce au service continu proposé depuis 16 ans, à Montreuil, par René Maarek.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte