EN BREF

Rupture abusive du CDD par le salarié  Abonné

Publié le 10/03/2011

LA COUR de cassation rappelle qu’un salarié en contrat à durée déterminée (CDD) ne peut mettre fin à ce contrat, avant le terme prévu, qu’en cas de faute grave ou de force majeure ou s’il justifie d’une embauche en contrat à durée indéterminée (CDI). En dehors de ces cas limitatifs, l’employeur peut lui réclamer des dommages et intérêts (Cour de cassation, chambre sociale, 9.2.2011, n° 09-42485 D).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte