Drame de Lunel

Que devient l’officine après le décès de l’acheteur ?  Abonné

Par
Mélanie Maziere -
Publié le 06/03/2017
Mi-février, un pharmacien martiniquais est décédé dans de tragiques circonstances dans le département de l’Hérault. L’homme avait vendu son officine à Fort-de-France et s’était porté acquéreur d’une pharmacie à Lunel. Que devient la transaction ?
jj

jj
Crédit photo : phanie

La disparition d’un pharmacien, intervenue avant la signature de l’acte final du rachat d’une officine, soulève des questions d’ordre juridique. Dans les faits, le décès de celui qui devait devenir titulaire à Lunel n’a pas entraîné de problèmes juridiques. La promesse de vente incluait en effet une clause d’annulation en cas de décès de l’acheteur, désengageant ainsi ses héritiers et permettant au vendeur de continuer sa recherche d’un nouvel acquéreur sans délai de carence.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte