Une démonstration édifiante

Quand le défaut de qualité coûte à l’officine  Abonné

Publié le 17/05/2010
À l’officine aussi, performance, efficacité et sécurité sont les maîtres mots de la qualité. Mais prenons le sujet à l’envers pour évoquer son contraire, la « non-qualité ». On citera alors le manque de coordination, la perte de temps et le risque d’erreur. Conséquence directe ? Un coût financier non négligeable.
La rédaction de procédures peut être source d’économie

La rédaction de procédures peut être source d’économie
Crédit photo : S. toubon

POUR APPRÉCIER le concept de qualité, il est intéressant d’analyser son contraire, la non-qualité. Les dysfonctionnements dans l’entreprise engendrent des pertes financières plus ou moins estimables et plus ou moins pénalisantes pour le chef d’entreprise, pour les salariés ainsi que pour les clients. Mais peut-on évaluer réellement le coût du défaut de qualité dans une officine ? Tous les rouages de l’entreprise sont à explorer, en back-office comme en front office, et à analyser.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte