Intérêt commun avec les titulaires  Abonné

Publié le 17/01/2011

« Nous ne sommes pas dans un syndicalisme d’opposition, mais de partenariat », affirme Philippe Denry, président de la commission Relations sociales et formation professionnelle à la FSPF (Fédération des syndicats pharmaceutiques de France). Du côté des employeurs aussi, on prône le dialogue et la recherche de compromis. Titulaires et adjoints, après tout, sont pharmaciens. « Nos sorts sont liés. Si les adjoints ont de bonnes conditions de travail, c’est bon pour l’officine », estime le représentant patronal.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte