Les adjoints au quotidien

Impliqués mais pas assez reconnus  Abonné

Publié le 15/03/2010
En 2010, les adjoints s’impliquent dans leur travail et exercent dans de bonnes conditions. Si plus d’un tiers s’estiment mal payés et 42 % souffrent d’un manque de reconnaissance, ces sentiments sont atténués par la perspective de nouvelles missions, auxquelles les adjoints veulent s’associer. Ils se disent, par ailleurs, prêts à prendre part au capital des officines. Tel est le profil qui se dégage des résultats de la grande enquête sur le métier d’adjoint que nous avions lancé en janvier dernier, en collaboration avec la section D de l’Ordre des pharmaciens, et à laquelle plus de 600 adjoints ont répondu.
De solides connaissances et le sens de la communication : indispensables pour 88 % des adjoints...

De solides connaissances et le sens de la communication : indispensables pour 88 % des adjoints...
Crédit photo : S Toubo

IL EST RARE que les pharmaciens adjoints soient invités à s’exprimer sur leur exercice quotidien, leurs préoccupations, leurs aspirations. Le « Quotidien » a voulu leur en donner l’occasion à travers une grande enquête, menée en collaboration avec la section D de l’Ordre des pharmaciens. La participation a été massive : 619 adjoints ont répondu à ce questionnaire par courrier ou sur notre site Internet quotipharm.com. La répartition en fonction de l’âge, du sexe et de la localisation des participants est conforme à la population globale des adjoints (au nombre de 25 312 en 2009).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte