Martine Kern-Camillerapp,

Dirigeante de PKC Communication  Abonné

Publié le 17/05/2010
LE QUOTIDIEN DU PHARMACIEN.- Que pensez-vous de l’intervention d’un tiers, comme le médiateur ordinal, lors d’un différend entre pharmaciens ?

MARTINE KERN-CAMILLERAPP.- Cela peut être une bonne chose, en particulier si la conciliation est placée sous l’autorité de l’Ordre. Mais il y a quelques écueils qui limitent certainement les demandes de médiation. D’abord, certains ne voudront pas étaler leurs désaccords devant un responsable ordinal, de crainte qu’un dossier ne les suive.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte