Carine GRZESIAK

Directrice associée du cabinet de conseil en RH Aravati  Abonné

Publié le 30/08/2010
LE QUOTIDIEN DU PHARMACIEN.- Pratiquer deux activités professionnelles qui n’ont, a priori, rien à voir, est-ce une inaptitude à faire des choix ?

CARINE GRZESIAK.- Pas forcément. Si une personne a deux centres d’intérêt au même niveau, pourquoi devrait-elle choisir, trancher pour une activité plutôt qu’une autre ? En pratique, le choix se fait souvent de lui-même. Il est dicté par des impératifs de temps ou d’argent. Mais certains peuvent conserver leur double activité jusqu’à la retraite. Il faut noter qu’il y a souvent un socle commun à ces activités.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte