Heures supplémentaires

Ne les payez pas avec des fleurs…  Abonné

Publié le 19/10/2015

Dans une affaire récemment jugée par la Cour de cassation, un fleuriste compensait systématiquement les heures supplémentaires sous forme d’avantages en nature. Le prix des heures supplémentaires était converti en fleurs, bouquets, pots ou terreau.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte