Le choix du régime matrimonial et ses conséquences

Séparation de biens : le revers de la médaille  Abonné

Publié le 26/05/2011
Lorsqu’un ou une jeune pharmacien(ne) va se marier, amis et parents vont lui conseiller d’opter pour un contrat de mariage séparant les patrimoines des époux, c’est-à-dire pourle régime de la séparation de biens. L’objectif, éviter qu’une erreur dans la gestion du cabinet n’oblige le conjoint à faire face à des remboursements de dettes auxquelles il est étranger. Mais ce régime ne présente pas que des avantages comme vient de le rappeler un arrêt récent de la Cour de cassation.

CONSÉQUENCE DIRECTE d’un mariage sous le régime de la séparation de biens : il n’y aura pas, durant les années de l’union, constitution d’un patrimoine commun mais de deux patrimoines distincts, l’un appartenant au mari et l’autre à son épouse. Et ce quels que soient la date ou le mode d’acquisition des biens (avant ou après le mariage, achat, donation, succession). Chaque conjoint est, par conséquent, durant toute la durée du mariage, propriétaire exclusif des salaires et des gains de son travail et des revenus de ses biens.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte