Sauvegarder l’officine en cas de difficultés  Abonné

Publié le 09/06/2011
Si votre officine connaît de graves difficultés financières, vous pouvez bénéficier, le cas échéant, des procédures collectives de sauvegarde des entreprises. Pour être efficaces, ces procédures doivent être mises en œuvre le plus tôt possible.

LORSQU’UN pharmacien connaît des difficultés très importantes et ne peut plus régler les dettes de son officine, il peut bénéficier ou être soumis à une procédure de « mandat ad hoc », de conciliation, de sauvegarde, voire de redressement ou de liquidation judiciaire.

Parmi ces différentes procédures, les plus intéressantes sont la conciliation et la sauvegarde, dans la mesure où elles précèdent l’état de cessation des paiements. Leur objectif est de déclarer au tribunal les difficultés de l’officine afin de faciliter son redressement.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte