A l’officine, les aînés attendent la relève  Abonné

Publié le 04/06/2015
Pour la quatrième année consécutive, plus d’un quart des jeunes boudent la profession à l’issue de leurs études. Et augmentent ainsi la tension dans les effectifs d’une profession vieillissante.

C’EST un fait, les pharmaciens vieillissent. L’âge moyen de la profession (toutes sections confondues) a pris un mois en l’espace d’un an pour atteindre aujourd’hui, 46,6 ans. Un constat qui souligne avant tout la perte d’attractivité de la profession auprès des jeunes.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte