Exercice pharmaceutique

La tentation du salariat  Abonné

Par
Publié le 04/06/2015
Plus d’équivoques possibles. Sujet d’une controverse suscitée fin 2014 par la publication des chiffres de l’INSEE, les données démographiques des pharmaciens sont officialisées par la publication du panorama annuel de l’Ordre. Une démoscopie qui confirme les tendances des années précédentes : envolée des SEL et des holdings, prédilection pour l’exercice en association et engouement pour l’activité salariée et un point noir récurrent, le vieillissement d’une profession qui peine à recruter.

LENTE, mais certaine, l’hémorragie continue. La pharmacie française a perdu 123 officines au cours de l’année 2014, autant qu’un an auparavant. Au gré des regroupements - en hausse de 16,6 % entre 2013 et 2014 - et des restitutions de licences (88), la concentration poursuit son œuvre. Et l’axiome d’une fermeture d’officine tous les trois jours, une nouvelle fois, se vérifie. Des départements comme la Lozère, la Nièvre ou l’Aube ont ainsi perdu plus de 2 % de leur parc d’officines. Alors que 2 904 Français se partageaient une pharmacie en 2013, ils sont aujourd’hui 2 936.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte