Des accusations disproportionnées pour l’Ordre et les syndicats  Abonné

Publié le 16/12/2010

C’EST UN MAUVAIS COUP porté à la profession. À l’heure où les syndicats espèrent voir le dossier « rémunération » repris par le nouveau ministre de la Santé, Xavier Bertrand, l’affaire des « 4 000 fraudeurs » tombe plutôt mal. Mais pour Philippe Besset, il s’agit d’une pure coïncidence qui n’a pas à intervenir dans les négociations sur la revalorisation de la marge de dispensation des officinaux.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte