Faut-il se fier au CA ou à l’EBE ?

Acheter au « juste prix » pour éviter les ennuis  Abonné

Par
Publié le 27/04/2015

TOUTES les pharmacies sont viables. Selon Philippe Besset, « les officinaux peuvent aujourd’hui encore exercer correctement leur métier et en vivre à condition de ne pas acheter trop cher leur pharmacie ». Et le vice-président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF) de préciser : « une officine dont le chiffre d’affaires (CA) s’élève à 600 000 euros, devrait se vendre aux environs de 65 % du CA, tandis qu’une pharmacie qui réalise 2 millions d’euros peut se négocier aux alentours de 85 % du CA. »

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte