Vente de médicaments en ligne

Y aller ou pas ? Les pharmaciens partagés  Abonné

Publié le 06/01/2014
L’hostilité des pharmaciens et des Français était pourtant palpable, mais le gouvernement a fini par transposer la directive européenne juste à temps pour éviter les pénalités. Autorisé depuis un an, le commerce en ligne de médicaments est strictement encadré pour éviter les dérives. Mais aujourd’hui, personne ne semble véritablement satisfait.

LA FRANCE avait jusqu’au 2 janvier 2013 pour transposer la directive européenne de 2011 autorisant la vente en ligne. Le gouvernement a fini par s’y résoudre par une ordonnance du 19 décembre, publiée le 21 décembre au « Journal officiel », suivie d’un décret le 1er janvier 2013. La ministre de la Santé, Marisol Touraine, n’a eu de cesse d’affirmer que la France n’avait pas le choix, mais qu’un maximum de garde-fous protégeraient le consommateur. Il a fallu attendre l’arrêté de bonnes pratiques pour officialiser cette pratique, finalement paru en juin dernier.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte