Vous avez dit « manquants » ?  Abonné

Publié le 30/11/2015

En cas de pénurie ou de problème prévisible d’approvisionnement, le pharmacien est au premier plan pour anticiper le risque et prévenir les prescripteurs, notamment pour les traitements dont l’interruption ou le changement peuvent comporter un risque, en particulier pour le traitement chronique de patients âgés.

Il doit également informer le patient en cas d’alerte sanitaire, de retrait de lot, par les moyens appropriés (par téléphone, SMS, courriels) afin d’éviter les risques de confusion, d’inobservance et d’accident.


Source : Le Quotidien du Pharmacien: 3221