Ventes par internet

Une fausse solution à un problème précis  Abonné

Publié le 19/04/2010

DE QUOI S’AGIT-IL ? À presque 1 an de la sortie du décret sur les centrales d’achats de pharmaciens, les prix publics des médicaments non remboursés n’ont pas baissé, au contraire, ils ont augmenté de plusieurs centimes. Pourquoi ? Les laboratoires refusent de livrer ces structures aux conditions commerciales du direct officine (c’est l’exception dans toute la distribution !), et la loi LME (loi Michel-Édouard dans le jargon DGCCRF privée de pouvoir) d’août 2008 les conforte dans leur position, puisque tout est permis, même les conditions discriminatoires.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte