Procès à Marseille

Un trafic de médicaments sur Internet et en salle de sports  Abonné

Publié le 13/04/2015
Des trafiquants appartenant à une filière internationale ont comparu fin mars à Marseille, pour la vente d’anabolisants, de stéroïdes et d’hormones de croissance. Constitué partie civile, l’Ordre des pharmaciens a réclamé 30 000 euros de dommages et intérêts.

C’EST sur fond de sites Internet et de salles de musculation que s’est tenu fin mars, à Marseille, le procès d’une filière de trafic de médicaments. Mis à découvert par les polices européennes, ses membres, une dizaine de petits trafiquants de la région, comparaissaient entre autres pour exercice illégal de la pharmacie et de la profession de pharmacien.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte