Sécurisation des sites : peut mieux faire  Abonné

Publié le 12/09/2013

Alertée du piratage des sites de commerce en ligne de médicaments, la ministre de la Santé rappelle qu’elle a autorisé cette pratique en application d’une directive européenne de 2011 et que, dans ce contexte, elle a choisi d’encadrer, aussi strictement que la réglementation le permettait, ce mode particulier de distribution, pour éviter qu’il ne soit la porte ouverte à la contrefaçon et pour préserver l’accès à un conseil pharmaceutique.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte