Formations en ligne

RSE et développement durable au cœur du concept Transipharm

Par
Publié le 28/05/2021
Article réservé aux abonnés

La start-up Transipharm propose des formations en ligne autour des problématiques de développement durable à l’officine. Ce concept est né d’une attente exprimée par des pharmaciens d’officine.

Transipharm

Comme de nombreuses start-up, la jeune pousse Transipharm a dû pivoter pendant son développement pour répondre au mieux aux attentes des pharmaciens.

L’histoire commence lors du dernier hackathon organisé conjointement par l’ANEPF et R+ en 2020. Constant Berouille et Damien Roux, deux étudiants en pharmacie, se lancent dans l'aventure. Pour eux, c’est le défi autour de la transformation de la formation par la technologie qui les motive. Rapidement, un concept émerge durant ce hackathon autour de la digitalisation de la formation en pharmacie. Mais le jury ne retient pas le projet pour le classement final. Peu importe, l’idée a du potentiel et l’équipe continue de travailler sur le sujet. Car l’utilisation des nouvelles technologies, notamment les applications mobiles, pourrait « dépoussiérer » le monde de la formation continue.

Formations adaptées

Rapidement le projet se heurte néanmoins au scepticisme des pharmaciens titulaires. Beaucoup craignent de voir trop souvent leurs équipes, portables à la main, durant la journée à la pharmacie. En revanche, les thématiques autour de la Responsabilité sociétale des sntreprises (RSE) et le développement durable semblent retenir l'attention des professionnels.

Le pivot du concept est alors rapidement décidé afin de proposer des formations spécifiques sur ces thématiques. Fini la digitalisation de la formation continue, place au développement durable. Des spécialistes RSE viennent alors aider l’équipe pour concevoir des formations adaptées aux pratiques de la pharmacie en ville. Et pour lancer le projet, les sessions sont proposées en précommande sur la plateforme. Les fonds récoltés serviront à développer d’autres modules de formation afin de permettre la croissance de la jeune start-up.

Romain Lecointre

Source : Le Quotidien du Pharmacien