Une convention internationale contre les faux médicaments

L’Europe imagine la première arme anticontrefaçon  Abonné

Publié le 22/04/2010
Élaborée par le Conseil de l’Europe dans le but de lutter contre les médicaments contrefaits, la convention « Medicrime » (1) sera, une fois adoptée, le premier instrument juridique international dans ce domaine. Tout en incitant les pays européens, comme le reste du monde, à mieux se protéger contre les contrefaçons, elle fait de ces dernières une infraction à part entière, passible de lourdes sanctions pénales.
Dans certains pays d’Afrique, 50 % des médicaments seraient faux...

Dans certains pays d’Afrique, 50 % des médicaments seraient faux...
Crédit photo : GARO/PHANIE

DRAMATIQUE dans certains pays, en particulier en Afrique où 50 % de certains médicaments seraient faux, la contrefaçon reste très marginale en Europe occidentale, mais uniquement dans les circuits de distribution légaux. Par contre, les médicaments vendus sur des sites Internet non contrôlés sont des contrefaçons dans 10 à 30, voire 50 % des cas. Toutefois, les autorités pharmaceutiques enregistrent une progression régulière des contrefaçons pénétrant les circuits « légaux ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte