Vente en ligne

Les officinaux obtiennent gain de cause  Abonné

Par
Marie Bonte -
Publié le 09/03/2020
La profession, opposée dans sa majorité, aux assouplissements des conditions de la vente en ligne de médicaments dans le cadre de la loi ASAP, est parvenue à faire réécrire le texte par les sénateurs. Reste désormais à franchir le cap de l’Assemblée nationale.

Exit les plateformes, les locaux déportés, ainsi que l’extraction des ventes en ligne du chiffre d’affaires. Dénoncées depuis plus d’un mois par les syndicats de pharmaciens, ces « trois lignes rouges », inscrites à l'article 34 du projet de loi d’accélération et de simplification de l’action publique (ASAP), n’ont finalement pas été franchies par le Sénat.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte