La vente en ligne réveille les appétits de la grande distribution

Leclerc, le retour  Abonné

Publié le 07/02/2013
L’autorisation de commerce de médicaments sur Internet donne des idées à Michel-Edouard Leclerc. Après ses déclarations sur son blog, le patron des hypermarchés éponymes a redit lundi son intérêt pour la vente de spécialités pharmaceutiques. Une volonté qui n’a pas l’écho des associations de consommateurs, telle Familles Rurales. Ni de la ministre de la Santé qui a de nouveau rappelé aux syndicats de pharmaciens son attachement au réseau officinal.
Michel-Édouard Leclerc a toujours l’ambition de vendre des médicaments

Michel-Édouard Leclerc a toujours l’ambition de vendre des médicaments
Crédit photo : AFP

ON POUVAIT s’y attendre. Michel-Edouard Leclerc entend profiter de l’autorisation faite aux officines de vendre en ligne des médicaments pour obtenir le droit de placer des spécialités dans les rayons de ses magasins. Sa logique est simple : l’ordonnance et le décret pris par le gouvernement sont susceptibles de créer une distorsion dans l’égalité d’accès à des médicaments moins chers entre les patients munis d’une connexion à Internet et les autres (« le Quotidien » du 24 janvier).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte