COVID-19 : les médicaments qui aggravent les symptômes

Par
Pascal MARIE -
Publié le 19/03/2020
médicaments

médicaments
Crédit photo : Phanie

Un site Internet, initié par le réseau national des centres régionaux de pharmacovigilance (CRPV), donne aux patients présentant les symptômes du COVID-19 des réponses sur les risques relatifs à la prise de certains médicaments.

Élaboré en partenariat avec le département de pharmacologie du CHU de Bordeaux et Synapse, une start-up spécialisée dans l'intelligence artificielle et la bio-informatique, le site www.covid19-medicaments.com a été mis en place pour soulager le 15 et les médecins traitants. Un moteur de recherche permet aux patients d'indiquer le nom du médicament sur lequel ils souhaitent avoir un renseignement. Le demandeur doit ensuite répondre à deux questions : « ce médicament vous a-t-il été prescrit par un médecin sur ordonnance ? » et « prenez-vous ce médicament de façon quotidienne ou quasi quotidienne pour traiter une maladie chronique ? » À propos de l'aspirine, à titre d'exemple, le patient recevra les informations suivantes s'il y a recours de manière ponctuelle et non dans le cadre du traitement d'une pathologie chronique. « Ce médicament pourrait potentiellement aggraver les symptômes du COVID-19. Ne débutez pas ce médicament, peu importe la dose, de votre propre initiative. En cas de doute, contactez votre CRPV qui saura vous conseiller. N'appelez pas le 15. » C

Les informations délivrées par le site s'appuient sur les « meilleures données scientifiques, mises à jour heure par heure par les équipes des CRPV et du CHU de Bordeaux », explique le cofondateur de Synapse, Clément Goehrs. « Nous avons lancé ce projet très rapidement suite aux alertes sur les anti-inflammatoires non-stéroïdiens (AINS) et les corticoïdes. Chaque situation est appréciée au cas par cas et les patients peuvent être redirigés ensuite vers le site des CRPV, qui ont accepté de prendre le relais et de répondre au téléphone à ces patients », ajoute-t-il. Un outil pratique également accessible depuis le site Internet du ministère de la Santé.


Source : lequotidiendupharmacien.fr