Le monde aujourd’hui.

Un quinquennat de quatre ans  Abonné

Publié le 17/05/2016
L’effet immédiat de l’adoption de la loi travail au moyen de l’article 49/3 de la Constitution, c’est la scission de la majorité, l’affaiblissement de l’exécutif, une colère populaire qui persiste, des violences probables, et la perspective d’une fin de mandat où le gouvernement se contentera sans doute de survivre, s’il le peut.
Valls jeudi dernier à l’Assemblée

Valls jeudi dernier à l’Assemblée
Crédit photo : AFP

L’adoption de la loi El Khomri n’est nullement une victoire pour le gouvernement. Le texte va maintenant au Sénat qui s’efforcera de rétablir son contenu initial, plus utile à l’emploi que le « compromis » établi par le gouvernement. Si l’opposition virulente qui s’est manifestée au sein des élus PS à l’Assemblée est sincèrement liée au projet amendé, elle frisera l’hystérie au cas où le Sénat, où la majorité est de droite, retournerait à la première mouture.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte