Humeur

Essence et existence  Abonné

Publié le 28/09/2017

Les grèves de routiers avec blocages des dépôts de carburants ne manquent jamais de me donner des sueurs froides. Je me montre exemplaire, je ne cède jamais à la panique, je n'achète pas de l'essence quand je n'en ai pas besoin, je ne stocke pas du carburant dans un jerrican, j'évite d'utiliser ma voiture. Quand j'ai bien appliqué tous les principes civiques exposés par un gouvernement rationnel que je semble être le seul à entendre, je mesure les conséquences négatives de mon attitude : je ne peux plus rouler, ce qui pose souvent un problème à un journaliste.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte