Un conseil Argos Consulting*

Merchandising et trésorerie  Abonné

Publié le 15/09/2011
Aujourd’hui, la situation économique des officines est telle que la recherche de rentabilité reste une préoccupation permanente. Tandis que la concurrence s’accroît et que les marges s’érodent, la loi HPST promet de faire évoluer la rémunération. Par ailleurs, l’application de la loi LME raccourcit les délais de paiement, et rend la gestion de la trésorerie toujours plus délicate. Dans ce contexte, l’optimisation de la trésorerie, est passée du rang de problématique secondaire à celui d’objectif prioritaire.
Le coefficient de rotation est l'un des paramètres clé de l'équilibre stock/trésorerie

Le coefficient de rotation est l'un des paramètres clé de l'équilibre stock/trésorerie
Crédit photo : S. toubon

COMMENT le merchandising, c’est-à-dire l’agencement des produits dans l’espace de vente, peut-il influer sur la trésorerie ? Telle est la problématique que nous allons tenter de résoudre.

Il convient avant tout de considérer que tous les produits de l’officine constituent un stock. Que celui-ci immobilise de l’argent et constitue donc de la trésorerie non disponible.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte