Faux malades et trafic de médicaments

L’ordonnance électronique contre la fraude à la Sécu  Abonné

Publié le 27/01/2011
Le trafic de médicaments via des ordonnances falsifiées se développe de façon inquiétante, remarque Isabelle Adenot. Auditionnée par la Mission d’évaluation et de contrôle sur les lois de financement de la sécurité sociale (MECSS), la présidente du Conseil national de l’Ordre des pharmaciens a défendu l’idée de l’ordonnance électronique comme moyen de lutte contre la fraude sociale.
La falsification d’ordonnance est de mieux en mieux organisée

La falsification d’ordonnance est de mieux en mieux organisée
Crédit photo : S. toubon

LE TRAFIC de médicaments via de fausses ordonnances se perfectionne. Les fraudeurs sont de « mieux en mieux organisés », a ainsi déploré la présidente du Conseil national de l’Ordre des pharmaciens, lors d’une récente audition à l’Assemblée nationale. Interrogée par les membres de la Mission d’évaluation et de contrôle sur les lois de financement de la sécurité sociale (MECSS), Isabelle Adenot, a cité l’exemple d’une filière d’approvisionnement vers la République démocratique du Congo. Ce n’est certainement pas la seule.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte