« Les technologies nous permettent de limiter la démarque »  Abonné

Publié le 24/09/2009

Alain Gaubert, titulaire à Paris, explique pourquoi il a choisi une panoplie très complète d’outils antivols.

n Une préoccupation quotidienne

« La démarque inconnue est un phénomène très sous-estimé. Un pharmacien qui dit ne pas le connaître est quelque part aveugle. Ce n’est pas loin de 10 % du CA qui est concerné. Cela justifie les investissements réalisés aussi bien en vidéosurveillance que dans les antennes et les étiquettes antivol. La seule chose que j’ai cessé de faire, c’est de recourir à des vigiles. »

n Un travail considérable

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte