Les agressions restent sous-déclarées  Abonné

Publié le 05/09/2013

L’Ordre des pharmaciens a reçu 142 déclarations d’agression en 2012, contre 176 en 2011. Les agressions déclarées se sont déroulées en majorité dans des communes de moins de 30 000 habitants. Les déclarations viennent le plus fréquemment de pharmacies d’Île-de-France (28,3 %), de Lorraine (13 %) et de Rhône-Alpes (9,4 %). Le taux de victimisation, c’est-à-dire le nombre de signalements rapporté au nombre de pharmacie d’officine, s’élève à 0,63 en 2012 contre 0,76 en 2011 et 0,49 en 2010. Dans la grande majorité des cas, le motif de l’agression est le vol de la caisse (63 cas).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte