Trouble pédophile

Une hormonothérapie  Abonné

Publié le 12/05/2020

Un essai clinique suédois démontre l'intérêt d'une castration par un antagoniste de l'hormone entraînant la libération de gonadotrophines (GnRH) dans le trouble pédophile. L'essai clinique de phase 2, randomisé, en double-aveugle, dégarelix contre placebo, s'est déroulé entre mars 2016 et avril 2019 dans un centre spécialisé de l'hôpital de Karolinska (Suède). Quelque 52 hommes, âgés en moyenne de 36 ans, souffrant de trouble pédophile selon le DSM 5 et en recherche d'aide ont été recrutés sur la base du volontariat à partir de la plateforme téléphonique Preventell.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte