Une certaine idée de la pharmacie

Restons C-O-A-L-I-S-É !  Abonné

Publié le 04/10/2010

LE PHARMACIEN titulaire est longtemps resté relativement isolé. Il arrivait à vivre plutôt correctement et cela sans véritable remise en question. Le pouvoir était naturellement chez ses fournisseurs même si le pharmacien faisait partie d’un groupement d’achats. Ma mère, par exemple, a exercé de cette manière tout au long de sa carrière. Aujourd’hui, ce temps est définitivement révolu ! Le constat est simple. L’immense majorité de nos officines voient leur chiffre d’affaires stagner, voire décliner. Combien comptons-nous de pharmacies en situation de redressement judiciaire ?

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte