3 questions à…

Jean Calop  Abonné

Publié le 25/04/2016
Professeur émérite de pharmacie clinique à l’UFR de pharmacie de Grenoble, ancien responsable du pôle pharmacie au CHU de Grenoble
Le quotidien du pharmacien. L’iatrogénie et l’observance sont le plus souvent évoquées pour justifier la place du pharmacien en Ehpad. Son travail doit-il pour autant se limiter à ces domaines d’intervention ?

Jean Calop. Si nous parlons de prévention de l’iatrogénèse face à des patients polymédiqués que sont la plupart des résidents en Ehpad, la première intervention du pharmacien en Ehpad consiste en une analyse pharmaceutique de la prescription.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte