À la une

Ce qui se cache derrière la nouvelle ROSP  Abonné

Publié le 26/10/2015
Les négociations pour définir une nouvelle ROSP générique s’ouvriront le 5 novembre prochain. Si le directeur général de l’assurance-maladie, Nicolas Revel, assure que son objectif est de trouver les moyens de redynamiser la substitution, les syndicats d’officinaux craignent qu’on leur demande de nouvelles tâches sans forcément gagner plus.

Dans moins de deux semaines, les syndicats d’officinaux et les représentants de l’assurance-maladie s’installeront autour de la table pour une première séance de négociation. L’objectif ? Trouver de nouvelles règles de calcul de la rémunération sur objectifs de santé publique (ROSP) pour la substitution générique. En effet, les modalités de fixation des primes se réfèrent jusqu’à présent aux taux de substitution de 2011 et ne sont donc plus adaptées aujourd’hui.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte