Maisons et pôles de santé

Une interprofessionnalité sous conditions  Abonné

Publié le 07/04/2015
Prônés comme remède aux déserts médicaux, les maisons et pôles de santé offrent aux pharmaciens un accès aisé dans la chaîne des soins. Ce nouveau mode d’exercice ne peut être toutefois une opportunité pour la profession que s’il respecte la notion de proximité.

SEULEMENT 5 % des professionnels de santé exercent aujourd’hui au sein d’une maison ou d’un pôle de santé. Ces structures qui correspondent à l’aspiration des jeunes professionnels de santé à un exercice collégial et à des horaires régulés, tendent à se multiplier. La récente décision de la ministre de la Santé de pérenniser les nouveaux modes de rémunération (NMR) à hauteur de 50 000 euros par an, donne de nouvelles perspectives à cette interprofessionnalité.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte