Usage non médical des médicaments prescrits

Un nouveau risque sanitaire pour l’Europe ?  Abonné

Publié le 24/11/2014
Alors que les États-Unis voient dans l’usage non médical des médicaments prescrits une menace majeure pour la santé de leurs citoyens, et relèvent que les médicaments ainsi consommés tuent désormais plus que les drogues illicites, l’Europe tarde encore à prendre la mesure de ce problème.

À l’INITIATIVE de l’Italie, le groupe Pompidou, qui réunit, sous l’égide du Conseil de l’Europe, des experts spécialisés dans la lutte contre l’abus et le trafic illicite des stupéfiants, vient de publier la première étude européenne sur la consommation de psychotropes prescrits (opiacés, antidépresseurs et stimulants du SNC) à partir de données collectées dans 17 pays européens. L’étude met en avant une surconsommation féminine, à tout âge, que les médicaments soient consommés selon la prescription ou en automédication.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte