À Toulouse, une trentaine d’officines en surnombre

Publié le 09/01/2015

Sur les 171 pharmacies que compte la ville rose, 30 à 40 sont en surnombre, une dizaine serait même invendable. Et si certaines cessions s’opèrent encore à 90 ou 95 % du chiffre d’affaires, le taux moyen des transactions n’atteint que 75 %. Ce tableau de la pharmacie toulousaine, dressé dans le quotidien « La Dépêche » par Claude Malgouyard, pharmacien du centre-ville et président du syndicat des pharmaciens de la Haute Garonne, est selon lui représentatif de la situation de l’officine dans les grandes villes françaises.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 11€60/mois

(résiliable à tout moment)