Prise en charge des malades atteints d’hépatite C

Promesses et limites d’un réseau de soins  Abonné

Publié le 12/01/2015
De par sa gravité, le nombre de personnes infectées et le coût global de sa prise en charge, l’hépatite C constitue en France une priorité de santé publique. Dans ce contexte, de nouveaux traitements sont porteurs d’espoir, mais leur coût élevé interpelle. Des questions se posent sur la stratégie de soins, son organisation et le rôle du pharmacien. Témoignages au sein d’un réseau.

LE DR David Zucman et son équipe sont engagés dans la qualité et la sécurité des soins au sein du réseau ville-hôpital Val de Seine (Hôpital Foch-Suresnes-92) depuis 1993, date de sa création. La file active actuelle de plus de 600 patients VIH et VHC pose un défi organisationnel. « Nos patients sont souvent complexes avec un environnement psychosocial lourd ; en pays de droit, le traitement doit pouvoir être offert à tous et au vu de l’accompagnement nécessaire ce ne sera pas possible rapidement », précise-t-il.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte