Les points clés

Publié le 01/02/2016

- On distingue entre les AVC ischémiques (80 %) et les AVC hémorragiques (20 %) ; les seconds étant potentiellement plus graves.

- Seuls des examens d’imagerie permettent de les distinguer formellement, d’en préciser la localisation et l’importance, ce qui est essentiel à une prise en charge optimale.

- Les AVC sont une urgence médicale absolue : tout symptôme neurologique survenant brutalement doit y faire penser et conduire à prévenir immédiatement les secours et, si possible, à faire hospitaliser le patient dans une unité neurovasculaire.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 11€60/mois

(résiliable à tout moment)