Le cas particulier de l’homéopathie  Abonné

Publié le 28/05/2015

L’homéopathie serait-elle la seule à tirer son épingle du jeu ? Didier Le Bail, vice-président du syndicat national de la préparation et de l’homéopathie (SNPH) recense ainsi aujourd’hui plus d’une cinquantaine de titulaires parmi les membres d’un syndicat autrefois dominé par l’industrie. « Oubliée » par les BPP de 2007, l’homéopathie a bénéficié, via le SNPH, de l’écriture de ses propres recos et fiches de paillasse « dans l’esprit du texte » et a entrepris des études visant à prouver la stabilité des produits, nécessaire à l’édition d’une date de péremption.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte