Élections législatives 2024

Frédéric Valletoux et les pharmaciens députés réélus, défaite pour Olivier Véran

Par
Publié le 08/07/2024

Crédit photo : VOISIN/PHANIE

Le second tour des élections législatives anticipées a rendu son verdict dans la soirée du 7 juillet. En danger à l’issue du premier tour, le ministre délégué chargé de la Santé et de la Prévention, Frédéric Valletoux, a finalement été réélu. Les trois pharmaciens députés de l’hémicycle, Agnès Firmin Le Bodo, Bertrand Bouyx et Josiane Corneloup conservent également leur siège.

Son poste de ministre délégué ne tenait plus qu’à un fil. Le 30 juin, Frédéric Valletoux n’était arrivé qu’en deuxième position lors du 1er tour des élections législatives dans la 2e circonscription de Seine-et-Marne, devancé de près de 1,5 % par la candidate du Rassemblement national (RN), Ivanka Dimitrova. Sous l’étiquette Horizons, l’ancien maire de Fontainebleau est finalement sorti vainqueur au second tour, profitant largement du désistement de la candidate NFP-LFI, qui s’était qualifiée au premier tour avec plus de 23 % des suffrages. Ce dimanche, Frédéric Valletoux s’est imposé avec une marge confortable, en réunissant près de 60 % des voix. « Je suis très heureux, a réagi le ministre. C’est un score qui conforte mon implantation locale, même si j’ai bien conscience que beaucoup d’électeurs ont voté pour moi pour faire barrage au RN, dans le contexte tendu actuel. Après avoir battu l’extrême gauche (en 2022), je bats l’extrême droite », se satisfait celui qui « espère » désormais sauver sa place au sein du gouvernement.

Trois pharmaciens députés remettaient leur mandat en jeu ce dimanche. Dans la 7e circonscription de Seine-Maritime, Agnès Firmin Le Bodo, éphémère ministre de la Santé et titulaire au Havre, a été très confortablement réélue avec plus de 66 % des votes, devant la candidate RN, Anaïs Thomas. L’élue, qui défendait les couleurs de la majorité présidentielle, était déjà arrivée en tête au premier tour et a elle aussi pu bénéficier du retrait de sa concurrente du Nouveau Front populaire. Ancien adjoint d’officine à Bayeux, dans le Calvados, Bertrand Bouyx avait été battu de plus de 7 points par le candidat RN, Philippe Chapron. Le député de la 5e circonscription du Calvados a également profité des effets du barrage républicain pour s’imposer avec une large avance au second tour (près de 61,7 % des voix). Battue de 4 points le 30 juin, la députée (LR) de la 2e circonscription de Saône-et-Loire, Josiane Corneloup n’a pas tremblé au second tour, réélue avec plus de 58 % des voix face au représentant du RN. Celle qui était titulaire à Saint-Bonnet-de-Joux jusqu’en 2017 avait refusé de s’allier au parti de Marine Le Pen et de Jordan Bardella, contrairement à d’autres élus de son parti.

D’autres personnalités du monde de la santé étaient également en lice lors de ce second tour, avec des fortunes diverses. Après avoir claqué la porte du ministère de la Santé sur fond de désaccord au sujet de la réforme de l’Aide médicale d’État (AME), Aurélien Rousseau se présentait sous les couleurs du Nouveau Front populaire de gauche dans la 7ᵉ circonscription des Yvelines. L’ancien directeur général de l’ARS d’Île-de-France est sorti vainqueur d’une triangulaire qui l’opposait à une députée macroniste sortante et à une candidate RN. Douche froide en revanche pour son prédécesseur, Olivier Véran. Celui qui avait aussi exercé les fonctions de porte-parole du gouvernement a subi une défaite cuisante dans son fief de l’Isère, devancé par un candidat du Nouveau Front populaire âgé de seulement… 24 ans. Olivier Véran, qui a récemment fait part de son envie de se tourner vers la médecine esthétique, était élu de la 1re circonscription de l’Isère depuis 2017. Grosse déception également pour Thomas Mesnier, ancien vice-président du groupe Horizons à l’Assemblée et rapporteur du projet de loi « Ma santé 2022 », sorti perdant d’une triangulaire dans la 1re circonscription de Charente, devancé par un candidat LFI. Dans le Loiret, Stéphanie Rist (Ensemble), rapporteure du projet de loi sur la réforme des retraites et de la proposition de loi portant amélioration de l'accès aux soins par la confiance aux professionnels de santé, a en revanche été aisément réélue dans la première circonscription du département face au RN (68 %). À noter enfin que 12 médecins ont été élus ou réélus députés dont le Pr Philippe Juvin (LR) et le Dr Thierry Frappé (RN), vainqueurs dès le 1er tour, ou encore le cardiologue Yannick Neuder (LR).


Source : lequotidiendupharmacien.fr