Chlamydia trachomatis

Renforcer l’éducation à la santé?  Abonné

Publié le 14/09/2009
Une étude menée à l’espace santé jeunes de l’Hôtel-Dieu de Paris, publiée dans le « Bulletin épidémiologique hebdomadaire », montre la nécessité d’un dépistage systématique chez les jeunes filles en rupture.
Le chlamydia touche 16 % des jeunes filles en rupture

Le chlamydia touche 16 % des jeunes filles en rupture
Crédit photo : BSIP

L’ÉTUDE a été menée pendant un an (avril 2006-avril 2007) auprès d’adolescents en rupture scolaire, familiale ou sociale, accueillis au sein de l’Espace santé jeunes de l’Hôtel-Dieu, à Paris, quant à la prévalence de l’infection à Chlamydia trachomatis. Cinq cent un patients (237 filles et 264 garçons) ont bénéficié d’un dépistage de C. trachomatis. Aucun refus n’a été enregistré. L’âge médian de la population étudiée était de 17 ans. Chez les patients qui déclaraient n’avoir jamais eu de rapport sexuel, aucune infection à Chlamydia n’a été décelée.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte