Questions de comptoir autour des chimiothérapies orales  Abonné

Publié le 05/07/2012
Le pharmacien a un rôle très important à jouer dans le cadre de la délivrance et du suivi des anticancéreux administrés per os. Le Dr Olivier Mir (cancérologue et pharmacologue, service de cancérologie, Hôpital Cochin, Paris) a évoqué quelques cas concrets en ce domaine.

D’ABORD des recommandations d’ordre général, mais qui n’en sont pas moins essentielles. Le patient dispose-t-il du numéro de téléphone du service d’oncologie hospitalier qui a en charge son traitement ? A-t-il été informé en détail des effets indésirables possibles ? S’il s’agit de possibles diarrhées en connaît-il la définition ? Dans quels cas convient-il de suspendre immédiatement le traitement ?

La plupart des types de toxicités sont « gérables », à condition de prendre le temps de les rechercher correctement et de les traiter précocement.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte