Patients tabacodépendants : expérimentation angevine  Abonné

Publié le 08/01/2015

Pourquoi ne pas s’inspirer du Canada où c’est le pharmacien qui gère le sevrage tabagique, le médecin se bornant à prescrire des substituts nicotiniques ? Avec le soutien de l’ARS, de l’UPRS, de l’IREPS des Pays de Loire et de l’unité de tabacologie du CHU d’Angers, une quinzaine de pharmacies volontaires expérimentent pendant un an un programme d’aide à l’arrêt du tabac centré sur les jeunes de 18 à 30 ans.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte